Travelling alone / Voyager seul

Cliquez ici pour la version française

You can be travelling with your closest person on Earth, you will not be tired at the same time, you will not always like to see the same things, you will not fancy the same kind of transportation, accommodation, food, at the same moment, that is a fact. While compromising will often allow travelling with someone in good conditions, being alone offers a freedom hardly reachable when with someone else. It also has its down sides: you cannot share a beautiful scenery or a delicious meal, laugh about a mishap, ask for advice or rely on someone when you are tired or having a bad day. So not to feel too lonely, or just to entertain myself, I had some priceless companions while I was travelling alone at the beginning of my trip.

My smartphone: I chose not to buy a sim card in every country I would visit and keep my Irish one in case of emergency; anyway, my good old Nokia has been from far my number one item. I used it as a camera, a music player, a GPS, a game console, a messenger, a memory card and, in a few occasions, as a phone. An interesting feature of this phone was the free GPS, working anywhere and without any data consumption, which was not so common back then. Obviously, I also used it to surf the Internet and send WhatsApp messages whenever I had Wi-Fi.

My earphones: plugged to my phone, with my playlist prepared in advance and improved during the trip, the earphones have been a nice distraction to have especially on long train or bus trips. Sometimes even without music, the earphones have also been used on many occasions as earplugs, only to reduce the noise around.

My books: when preparing my backpack, I quickly realised it would not be smart to take with me too many books, as they add a lot of weight in the luggage. I decided to take only some travel guides and a book that reminded me of home. The rest would be some books left by some previous travellers I was borrowing in hostels.

And of course my backpack, which actually consisted in one big bag and a smaller one which could be attached to each other or separated. I love this bag, it is solid and handy, and it contained my entire traveller’s life. As it was quite heavy and big, I also had times when I hated it: when I had to walk long distances, or jump in a crowded bus, but in general it was always reassuring to have it with me. Some enjoyable moments of the trip were seing it appearing on the baggage carousel after a flight as it meant it had not been lost and I could start exploring a new country straight away.

Back to the top

Vous pouvez voyager avec la personne qui vous est la plus proche au monde, vous ne serez pas fatigués en même temps, vous ne voudrez pas toujours voir les mêmes choses, vous ne voudrez pas prendre le même genre de transport, de logement ou de nourriture au même moment, c’est un fait. En général, il suffit de faire des compromis pour que le voyage se passe bien, mais voyager seul offre une liberté difficilement atteignable lorsqu’on est avec quelqu’un d’autre. Cela a aussi ses mauvais côtés: on ne peut pas partager un beau paysage ou un délicieux repas, rire d’une mésaventure, demander conseil ou compter sur l’autre quand on est fatigué ou que l’on passe une mauvaise journée. Pour ne pas me sentir trop seul, ou simplement pour me divertir, voici mes compagnons de route…

Mon téléphone: j’ai décidé que je n’achèterais pas de carte SIM dans chaque pays que je visiterais, et que je garderais la carte irlandaise en cas d’urgence; malgré cela mon bon vieux Nokia fût de loin mon compagnon numéro un : il m’a servi d’appareil photo, de lecteur MP3, de GPS, de console de jeu, d’outil pour lire mes messages, de carte mémoire, et à de rares occasions, de téléphone. Une fonction sympa de ce téléphone était le GPS gratuit, qui fonctionnait partout et sans consommation de données, ce qui n’était pas si courant à l’époque. Bien entendu je m’en suis aussi servi pour surfer sur Internet et envoyer des messages quand j’avais du WiFi.

Mes écouteurs : branchés sur mon téléphone, avec ma playlist préparée à l’avance et améliorée durant le voyage, les écouteurs m’ont bien aidé en particulier durant les longs trajets en bus ou en train. Les écouteurs ont aussi parfois servi sans musique, simplement utilisés comme bouchons d’oreilles pour réduire le bruit.

Mes livres : en préparant mon sac j’ai vite réalisé qu’il ne serait pas très judicieux d’emporter trop de livres car ils pesaient lourd dans les bagages. Je me suis donc limité à quelques guides de voyage et un livre qui me rappelait la maison. Je me suis ensuite débrouillé avec quelques livres empruntés dans les auberges de jeunesse.

Et bien entendu mon sac à dos : il s’agissait en fait de deux sacs, un gros et un petit qui pouvaient être accrochés ensemble ou séparés. J’adore ce sac, il est solide et pratique, et il contenait toute ma vie de voyageur. Étant assez volumineux et lourd il m’est arrivé de le détester en certaines occasions : quand je devais marcher longtemps avec, ou monter dans un bus bondé, mais de manière générale c’était plutôt rassurant de l’avoir avec moi. J’aimais beaucoup le voir apparaître sur le tapis à bagages après un vol, car cela voulait dire qu’il n’avait pas été perdu et que je pouvais commencer l’exploration d’un nouveau pays directement.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: